Version française  English version

Le sentier des ocres
le sentier des ocres

Cliquez sur l'image ci-dessus pour visualiser le panorama.


Le sentier des ocres

L’ocre est un pigment naturel mêlé aux sables des falaises. L’oxyde de fer le colore du jaune au violacé. Ce paysage minéral a été façonné par la main de l’homme et par l’érosion.

Deux parcours (court ou long) vous permettent une visite de 30 minutes à 60 minutes, mais vous pouvez aussi le contempler aussi longtemps que vous le désirez …De discrets pupitres jalonnent votre parcours pour des explications sur la géologie, la flore, l’histoire, le massif ocrier du Luberon…

Protégez avec nous ce remarquable site classé en respectant les consignes de sécurité et profitez de ce voyage minéral de 110 millions d’années !
Les chiens tenus en laisse sont acceptés dans le site


Entrée payante
Tarif plein : 2,50 €
Tarif réduit : 1,50 € (groupes au dessus de 15 personnes) :
Gratuité : enfants en dessous de 10 ans.
Billet couplé sentier et conservatoire : 7,5 €


Horaires susceptibles d'ajustement selon fréquentation - fermeture du Sentier en cas de fortes pluies et de conditions météo défavorables.
Horaires 2014 :
du 15 au 28 février: de 11h00 à 15h30
du 1er au 31 mars: de 10h à 17h00
du 1er au 30 avril: de 9h30 à 17h30
du 1er au 31 mai: de 9h30 à 18h30
du 1er au 30 juin: de 9h00 à 18h30
du 1er juillet au 31 août: de 9h00 à 19h30
du 1er au 30 septembre: de 9h30 à 18h30
du 1er au 31 octobre: de 10h à 17h30
du 1er au 15 novembre: de 10h00 à 16h30
du 16 novembre au 31 décembre: de 11h00 à 15h30



Haut de page


Les ocres

Une formation géologique originale
Il y a 230 millions d'années, la Provence est recouverte par la mer et le restera pendant une très longue période.

Plusieurs milliers de mètres de sédiments arrachés aux continents alentour s'accumulent au fond des eaux. Ils formeront par la suite les calcaires blancs si caractéristiques de ce pays : mont Ventoux, Luberon, Sainte Victoire, canyon du Verdon, calanques etc.

Vers -110 millions d'années, la mer s'approfondit. Les sédiments qui se déposent au fond des eaux sont des argiles grises qui viennent recouvrir les calcaires et auxquelles les géologues donneront le nom de " terrains aptiens ".





Puis ce bassin marin étant presque comblé, c'est dans des eaux peu profondes et agitées par les courants que vont se déposer, au dessus des argiles, des sables de couleur verte, c'est la glauconie, petits grains minéraux verts, qui leur confère leur couleur.

Se produit alors en Provence, aux alentours de -100 millions d'années, un bouleversement important.

Après cette longue période de la vie marine, à la suite de mouvements du sol, la Provence se retrouve hors de l'eau.

A cette époque, le climat y est tropical. Des pluies diluviennes lessivent les sables verts fraîchement émergés du nouveau continent, les transformant lentement en sables ocreux, puis en sables blancs, par étapes successives :
- dissolution, par les eaux de pluie qui circulent en profondeur, de tous les éléments constituant le sable vert, excepté le sable lui-même très résistant.
- cristallisation à partir de cette " solution " d'autres minéraux, kaolinite et goethite, qui remplissent les vides entre les grains de sable. C'est la naissance des sables ocreux.
- le lessivage qui se poursuit sur ces sables ocreux évacue l'hydroxyde de fer qui les colore. Ne restent en place que les sables blancs.

En surface, l'hydroxyde de fer se concentre pour former une cuirasse ferrugineuse semblable à celle des latérites africaines.

Quant à la couleur rouge, jaune ou orangée de ces sables ocrés, elle garde encore une partie de son secret.

Bien sûr, on connaît la principale responsable : la goethite, mais par quel mécanisme exact la nature a-t-elle abouti à une telle profusion de teintes ? Cela reste encore à définir.

Haut de page


La légende


Dame Sermonde et le Seigneur Raymond d'Avignon vivaient au château de Roussillon. Guillaume de Cabestan, fils du Seigneur de Cabestan dans les Hautes Alpes, fut engagé au château de Roussillon, comme page, pour faire son apprentissage de bon chevalier.

Raymond d'Avignon, qui partait régulièrement à la chasse, délaissait son épouse et la laissait souvent seule. C'est ainsi que Dame Sermonde et Guillaume tombèrent amoureux l'un de l'autre.



Le chant du jeune jouvenceau devint de plus en plus enflammé, et les familiers du château, se doutant de quelque chose, le rapportèrent à Raymond d'Avignon.

Pour essayer d'en savoir davantage, le seigneur invita un jour Guillaume à une partie de chasse et lui posa la question. Pour ne pas trahir dame Sermonde, Guillaume lui dit qu'il était bien amoureux, non pas de son épouse, mais de la sœur de celle-ci, Agnès.

Pour en avoir le cœur net, Raymond d'Avignon décida de se rendre à Tarascon, avec Guillaume, pour en avoir la confirmation. Agnès comprit très vite la situation et pour sauver les deux amants, joua le jeu. Mais apprenant tout cela, Dame Sermonde, piquée dans son amour-propre et indignée de la conduite de son époux, exigea de Guillaume qu'il avouât tout dans l'une de ses chansons.

Guillaume s'exécuta et Raymond d'Avignon, apprenant la vérité, entra dans une fureur noire, et décida de se venger. Au cours d'une partie de chasse, il poignarda Guillaume dans le dos, lui trancha la tête et lui arracha le cœur.

Il revint au château, et demanda à son cuisinier de préparer le cœur à la sauce piquante.

Dame Sermonde s'étant régalée de son mets préféré, apprit de son époux qu'il s'agissait du cœur de son amant : " Seigneur, vous m'avez offert un si bon repas que jamais je ne veux plus en goûter un autre ".

Sentant que sa femme lui échappait, Raymond d'Avignon tira son épée, mais Dame Sermonde s'enfuit hors du château et se précipita du haut du Castrum, dans le vide.
Son corps sanglant a coloré à jamais les terres de Roussillon et une source jaillit là où son corps termina sa course.



Haut de page